Qui sommes nous‎ > ‎

Historique

Le Club Skinouk existe depuis plus de 25 ans sous cette appellation. À l’origine, il desservait la clientèle de l’ancienne Ville de Gatineau et avait comme base d’entraînement le Parc du lac Beauchamp. À cette époque, l’ancienne Ville de Hull comptait également sur un club de ski de fond et se servait du Parc du Lac des Fées comme site officiel. Ces deux clubs avaient comme objectif principal de développer des athlètes de haute performance et collaboraient à la mise sur pied d’une équipe régionale qui représentait l’Outaouais aux courses provinciales, notamment la Coupe Sealtest.

Vers le milieu des années 1980, le Club Ullois fut fondé à Hull. En plus de regrouper tous les genres de ski, le Club commença à offrir une gamme plus étendue de services en ski de fond afin d’élargir la clientèle. En effet, un directeur à temps plein, un personnel important sur le terrain, et un soutien financier et logistique de la municipalité ont permis au Club d’offrir un plus grand nombre d’activités dans tous les domaines du ski à une clientèle plus large. C’est d’ailleurs à l’intérieur du Club Ullois que naquit le programme « Performance » en ski de fond qui s’adressait à une clientèle adulte recherchant une occasion d’améliorer sa technique et sa condition physique dans un contexte plus relevé que les cours et les randonnées du dimanche. Ce programme était d’ailleurs le plus important en ski de fond en terme de membres. C’est le précurseur du programme Ski Plus actuel. Pendant ce temps, faute de ressources, le Club Skinouk se limitait à la préparation et à l’encadrement d’athlètes de pointe. C’est de cette structure qu’émergea éventuellement Marie-Odile Raymond qui représenta le Canada aux Jeux Olympiques de Nagano, au Japon, en 1998.

En 1989, la majorité des skieurs de fond ont quitté le Club Ullois et ont fondé la nouvelle corporation sans but lucratif «Ski-Hull, club de ski nordique» avec sa propre charte et règlements. Un peu plus tard en 1990, le Club Skinouk de l’ancienne Ville de Gatineau se retrouva sans membres ni administrateurs. Son incorporation n'avait pas été renouvelée depuis quelques années déjà et son nom n'était plus réservé ou protégé. Comme l’appellation « Ski-Hull » ne plaisait pas à ses administrateurs et à ses membres, l’administration du club approcha les anciens administrateurs de Skinouk et lui proposa de fusionner ce qui restait de Skinouk à Ski-Hull. Comme la proposition fut acceptée, Ski-Hull changea de dénomination pour «Club Skinouk» tout en gardant la charte et les règlements de Ski-Hull. Le Club Ullois (le ski alpin surtout) a continué à exister quelques temps avant de disparaître quand la Ville de Hull a coupé les budgets du Club et que son directeur s'est retrouvé sans emploi. Durant ce temps, le nouveau Club Skinouk a bataillé dur pour obtenir la reconnaissance de la Ville qui a finalement été obtenue. Le Club Skinouk est maintenant le seul organisme reconnu sur le territoire de la nouvelle Ville de Gatineau, suite à la fusion, dont le but est le développement de la pratique du ski de fond sous toutes ses formes.

Le Club Skinouk a pris récemment un nouvel élan qui en a fait un organisme important de la communauté gatinoise. Suite à la reconnaissance de la Ville de Hull, celle-ci a offert au Club le stade Mont-Bleu pour y tenir les activités. L'endroit était «froid» et sans cachet mais utile pour l'époque. De plus, le Club devait partager les lieux avec les associations de soccer et de baseball. Avec le temps, l'endroit est devenu trop petit et de moins en moins attrayant pour les membres.

C'est alors que le Club a commencé à penser à développer son propre pied à terre, juste pour les fondeurs. Au début du millénaire, Pierre Trudeau a quitté la présidence du Club pour se consacrer au projet de chalet. La première tâche a été de le faire mettre sur la liste prioritaire des infrastructures de loisirs dans l'Outaouais. Ensuite, il a été déterminé quel genre de bâtiment était nécessaire et où le chalet serait implanté. Ensuite, le financement est devenu une étape cruciale car le Club ne pouvait supporter un tel investissement. Dans tous ce processus et ces rencontres, il est vite devenu évident que le petit chalet projeté pour les fondeurs seulement n'obtiendrait jamais l'appui des bailleurs de fonds s'il ne devenait pas plus gros et ouvert à l'année pour l'ensemble de la population.

À force de harceler les instances municipales, régionales, provinciales et fédérales, le Club a graduellement obtenu des fonds pour une étude de faisabilité, des esquisses de conception et pour un plan d'affaire. À partir de là, le Club a trouvé suffisamment de financement local pour soumettre une demande aux Travaux d'infrastructures Canada-Québec (33%-33%-33%) qui a fini par être approuvée. Il a fallu ensuite obtenir l'approbation de construction par la Commission de la capitale nationale et par la Ville de Hull. La construction a débuté à l'automne 2002 et s'est terminée au printemps 2003.

Sous-pages (1) : Historique du logo
Comments